L’Organisation mondiale de la santé reconnaît officiellement l’utilisation compulsive de la pornographie